Les métiers du M&A et du financement

Carrieres-juridiques.com

EDITO - Une période faste... jusque-là

 

C'est la voie royale. Les avocats en fusions-acquisitions, en finance de marché, les responsables juridiques des fusions acquisitions (M&A), les consultants sur les deals... sont au coeur de la stratégie des entreprises. Ils occupent une place centrale ou en tout cas capitale au sein de leur département ce qui leur permet de servir au mieux le développement de leurs clients internes ou externes. Si ces professionnels sont connus pour ne pas compter leurs heures, ils ont toutefois besoin que l’économie se porte bien pour que leur activité soit en bonne santé.

 

Et la période passée a été faste. En 2018, le volume de transactions en France a atteint un niveau inégalé depuis vingt ans, dépassant les records de 2007. Selon une étude PWC, l’Hexagone en a enregistré environ 4 000 l’an dernier, contre 3 800 onze ans auparavant. Ce qui inclut les investissements, les augmentations de capital, les joint-ventures, les scissions, etc. Par exemple, le volume d’opérations de capital-investissement a rebondi en France l’an passé après deux exercices en recul, à plus de 700 deals. Tandis que du côté des M&A, ce sont 3 952 dossiers qui ont abouti en 2018, contre 3 156 un an plus tôt, selon une autre étude complémentaire de PWC.

 

Cette hausse d’activité a eu un impact direct sur les rémunérations qui ont pris environ 15 % depuis janvier 2018 au sein des cabinets d’avocats, poussant les entreprises à aligner leurs fiches de paie. Le tout pour attirer les talents. Les profils juniors de qualité sont recherchés, mais ce sont surtout les collaborateurs de trois à six ans d’expérience qui ont des cartes à jouer.

 

Toutefois, le beau temps n’est pas éternel. Au premier semestre 2019, le marché des M&A a marqué le pas. La France fait néanmoins figure d’exception : si le volume des opérations a chuté de 31 % par rapport à la même période en 2018, la valeur de celles-ci a bondi de 55,7 %. Alors profitez-en avant que le mouvement de normalisation n’ait un impact significatif sur les recrutements !

 

Olivia Vignaud