Start-up du droit : qui fait quoi ?

  • Publié
Start-up du droit : qui fait quoi ?

Les premières startup du droit ont vu le jour en 2013. Elles sont désormais des dizaines à proposer des services juridiques automatisés aussi divers que variés. Mais au juste, qui fait quoi ? 

Des documents automatiquement et à bas prix

  • Documentjuridique.com : La startup propose la réalisation de documents juridiques à des tarifs très bas (entre 3 et 20 euros). En ligne depuis le début de l’année 2014

→ À lire : Quand un scie*ntifique simplifie l’accès au droit


  • Legalstart : Le site propose la réalisation de document juridique pour des tarifs entre 49 et 179 euros, et propose aussi de parer aux situations plus complexes avec un système de mise en relation avec des avocats. En ligne depuis le début de l’année 2014.

→ À lire : La révolution du document juridique en marche.

 
Des documents juridiques en partie réalisé par un avocat

  • CaptainContrat : la startup a vocation à rendre le droit accessible aux entrepreneurs en les mettant en relation avec un avocat. Toute la partie « classique » du contrat est automatisée par le site, l’avocat n’a qu’à finaliser son document. Le prix d’un document s’élève entre 149 et 390 euros.

→ À lire : « Captain Contrat est une start-up qui a vocation à mettre en relation avocats et entrepreneurs », rencontre avec Maxime Wagner.

 
Des actions en justice collectives pour des petits dommages

  • DemanderJustice.com : le site est une des premières startups du droit.  Son logiciel permet de saisir directement la justice de proximité via un logiciel pour les préjudices inférieurs à 10 00 euros.
→ À lire : Entretien avec Jeremy Oinino, fondateur du site DemanderJustice.com

  • Actioncivile.com : Issu du site DemanderJustice.com Actioncivile.com permet à chaque victime de pratiques abuses d’agir collectivement contre les pratiques abusives d’une ou plusieurs entreprises pour obtenir réparation.

→ À lire : Actioncivile.com : vers un équilibre du rapport de force

  • Voslitiges.com : L’utilisateur répond à un dossier, et le site prend en charge la résolution amiable du litige ou à défaut saisit le Tribunal compétent dans différents secteurs (logement, achat, banque, travaux, voyage).

 

Du financement participatif pour une action en justice

  • We Justice : plateforme de crowdfunding spécialisée dans les actions en justice permettant à tout à chacun de lever des fonds afin de lancer une action en justice. Seuls les litiges collectifs et solidaires sont pris en compte

 
Des prestations juridiques sur le long terme

  • Legalife : Le site propose un service d’abonnement au même titre qu’une assurance aux petites et moyennes entreprises qui n’ont pas les moyens de le faire en interne.

→ À lire : Legalife : la startup qui externalise le département juridique des petites entreprises.

 

Des solutions juridiques aux petits désagréments du quotidien

  • Justice expresse : la startup est un service en ligne de gestion des litiges de la vie courante.offre un service intégré de gestion des litiges et en assure al rapidité et l’efficacité de traitement des demandes.

  • Legalup : La plateforme permet aux particuliers de trouver l’information gratuite sur des problèmes juridiques et le cas échéant de lancer des actions en justice à l’aide d’un avocat. La durée et le coût de la procédure est connue dès le début par l’utilisateur. Les dossiers sont ensuite traités par des avocats.

 

Une base de d’avocats et leurs tarifs

  • Legalib : Créée à la fin de l’année 2014, la startup vise rendre plus transparente la relation entre un avocat et son client. Pour les avocats, elle leur permet de se constituer leur propre clientèle, et aux clients elles leur donne accès à un expertise juridique à des prix de 30 à 35 % inférieurs à une facturation classique.

  • Law cracy : La startup se qualifie comme un « tiers de confiance juridique pour les particuliers et TPE/PME visant à rendre les prestations juridiques de qualité plus accessibles.

 

Des testaments en ligne

  • Testamento : le site qui a vu le jour en 2013 vise à démocratiser l’accès au testament via des modèles de testaments olographes. Deux formules sont proposées aux utilisateurs s’élevant à 34,90 euros et 69,90 euros.

→ À lire : Virgile Delporte : « Testamento.fr connait une forte notoriété au sein du notariat »