« Justice morte » : mercredi rouge pour les professions juridiques

  • Publié
« Justice morte » : mercredi rouge pour les professions juridiques

Ce jeudi 10 décembre, alors même que le projet de loi pour la croissance et l’activité est officiellement présenté par Emmanuel Macron, les professions juridiques sont dans la rue pour manifester leur mécontentement face au projet de réforme. Ce sont plus de 50 000 professionnels du droit qui ont défilé dans les rues de Paris. Une première dans le milieu juridique. 

Non Bercy ! Clament aujourd’hui d’une seule et même voix les membres des six professions juridiques réunies aujourd’hui à Paris. Avocats, notaires, huissiers de justice, greffiers de tribunaux de commerce, commissaires-priseurs, mandataires et administrateurs judiciaires unissent leurs forces pour protester contre le projet de loi présenté par le ministre de l’économie. Les professions juridiques critiquent la « méthode brutale » utilisée par le gouvernement pour réaliser ce texte.  En effet, plus que le fond, les 50 000 professionnels du droit présents à la manifestation critiquent l'absence de concertation des professions concernées par la loi. Ils citent pour exemple concret, la mission Untermaier - du nom de la députée de Saône-et-Loire Cécile Untermaier – chargée par l’Assemblée nationale d’examiner les conditions d’accès et d’exercice de ces professions et de réfléchir à leurs évolutions, qui n’a pour l’heure pas encore été rendue.


La manifestation d’aujourd’hui est inédite. « C’est la première fois que les six professions réglementées du droit surmontent leurs divergences légitimes pour parler d’une même voix pour la défense de leurs intérêts communs et individuels », a déclaré Jean-Marie Burguburu président du Conseil National des barreaux, lors de la conférence de presse organisée vendredi 5 décembre. « La loi Macron a eu au moins le mérite de réunir toutes les professions juridiques pour la défense de notre système de droit », précisait d’ailleurs Pierre-Luc Vogel, le président du Conseil Supérieur du notariat.


« Justice Morte », « notaire furibards »« Le sceau de la République n’est pas à vendre », « Fin du notariat = début de l’insécurité », « notaires rentiers : ras le bol des clichés », « Macron ta réforme n’est pas clerc », « le droit n’est pas une marchandise ! » … Autant de slogans aperçus tout le long du cortège qui a mené, cet après-midi les professionnels du droit de la place de la République jusqu’à la place de l’Opéra.  


Les représentants des six professionnels seront reçus par la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, en fin d’après-midi. 



Capucine Coquand, responsable éditorial pour Carrières-Juridiques.com