Jeunes collaborateurs : ils vous disent tout !

  • Publié

Cabinet d’affaires créé en 2012 à Paris, Dolidon Partners couvre les domaines clés du droit des affaires. Guillaume Dolidon, associé fondateur, nous accueille dans les nouveaux locaux du cabinet, rue Volney à Paris.       

Pour l’avocat associé, il est très important que les avocats collaborateurs aient du temps pour développer leur clientèle personnelle. « Je suis prêt à les aider autant qu’il le faut, tant que les dossiers du cabinet ne sont pas lésés. » déclare-t-il.  Lors de notre entretien, nous faisons la connaissance de Quentin et Charlotte, deux jeunes recrues du cabinet. Collaborateurs depuis seulement quelques mois, ils nous font part de leur expérience.

 

Charlotte Doré, avocate collaboratrice chez Dolidon Partners

 

Charlotte a obtenu l’examen d’entrée au CRFPA en novembre 2015 et a intégré l’école des avocats du grand ouest à Rennes début 2016. Selon la jeune avocate, « les cours dispensés à l’école étaient une perte de temps, et nous n’étions pas très attentifs. »

 

Après avoir réalisé son PPI chez Pernod Ricard à Paris en droit des sociétés et droit boursier, elle intègre le cabinet d’avocats Simmons & Simmons en corporate M&A dans le cadre de son stage final. Malheureusement son stage final ne se transforme pas en collaboration : « Une fois le CAPA en poche, je savais qu’il allait être difficile de trouver une collaboration, alors j’ai choisi de faire un stage chez Gate Avocats où j’ai touché un peu à tout. »

 

Selon elle, l’organisation est essentielle lorsqu’on est à la recherche d’une collaboration.  « Lorsque je cherchais une collaboration, je tenais un tableau à jour avec la date d’envoi des candidatures, les relances, les contacts etc. « Organisation » est le maître-mot d’une recherche efficace. » Deux ans après son intégration à l’école des avocats, Charlotte décroche une collaboration chez Dolidons Partners. « En arrivant ici, je n’ai pas du tout eu de surprise », déclare-t-elle, « c’est vraiment ce à quoi je m’attendais. » En effet, les stages réalisés auparavant lui ont permis de s’habituer au rythme de travail et aux attentes des avocats associés. Seulement aujourd’hui Charlotte n’est plus élève mais collaboratrice. « Désormais on attend beaucoup de moi, je n’ai plus le droit à l’erreur.  »

 

Quentin Clouzeau, avocat collaborateur chez Dolidon Partners

 

Quentin a intégré l’EFB à Paris en 2016 et a réalisé son PPI au sein de la direction juridique et contentieuse de la Compagnie Européenne des Garanties de Caution. Pour son stage final, il intègre le cabinet londonien Fieldfisher dans le département contentieux, corporate, restructuring.

 

Contrairement à Charlotte, Quentin a débuté ses recherches de collaboration dès la fin de sa formation à l’EFB. « Je n’ai pas fait de stage post CAPA, j’ai commencé à chercher une collaboration en septembre, et tout a été très vite. J’ai postulé chez Dolidon Partners début décembre, pour finalement prêter serment en février 2018. J’ai eu de la chance car dans ma spécialité qui est le contentieux, il n’y a pas forcément beaucoup de débouchés. » Avocat collaborateur depuis seulement quelques mois, Quentin pense déjà à développer sa propre clientèle. « La première année, c’est très difficile car on se consacre vraiment aux dossiers du cabinet, et on est encore en phase d’apprentissage. »

 

Ainsi pour commencer, Quentin voudrait intégrer la formation dispensée par l’EFB permettant d’être inscrit sur les listes des commissions d’office et des permanences pénales. «  C’est toujours intéressant de faire de la défense d’urgence, surtout quand on est un jeune avocat. Cela permet d’apprendre. » Pour le jeune collaborateur, développer sa propre clientèle est très important, mais il faut le faire intelligemment car selon lui, « avoir sa propre clientèle signifie ne plus avoir de filet de sécurité. »