Droit : une première conférence sur l'Interprofessionnalité

  • Publié
  • modifié
Droit : une première conférence sur l'Interprofessionnalité

Olivia Vignaud

Philippe Glaudet, notaire, Denis Raynal, avocat et Sandrine Cohen-Solal, expert-comptable le 21 juin 2019.

Le 8 juillet, quatre syndicats professionnels organisent un événement sur le sujet. Avocats, notaires, conseils en propriété industrielle et experts-comptables partageront leur toute nouvelle expérience.

L’interprofessionnalité des métiers du chiffre et du droit n’a pas encore convaincu tous les professionnels. Si certains se montrent réticents face au mariage des professions, d’autres souhaitent saisir la balle au bond. C’est le cas de quatre syndicats – représentants des avocats, notaires, conseils en propriété industrielle et experts-comptables - qui dédient une conférence au sujet. Cette dernière se tiendra le 8 juillet au campus de Malakoff de l’université Paris Descartes.

 

Pour mémoire, les professions du droit et du chiffre ont la possibilité depuis le 8 mai 2017 de créer des sociétés pluriprofessionnelles d’exercice (SPE). Le nombre de créations n’est pas encore connu mais environ quinze à vingt structures seraient nées grâce à ce dispositif et plusieurs autres seraient en gestation.

 

Témoignages et ateliers

 

Lors de la matinée du 8 juillet, quatre professionnels engagés dans l’interprofessionnalité témoigneront. Sera notamment présent Bertrand Lacourte, notaire à la tête d’une étude conséquente devenu avocat, qui partagera son expérience aux côtés de son nouveau collaborateur, Alexandre Suter. Autre exemple, celui d’Audrey Chemouli d’In Extenso Avocats, qui en dira plus aux participants sur l’association entre experts-comptables et avocats.

 

L’après-midi sera consacré à quatre ateliers parmi lesquels le public devra choisir. Leur but ? « Que les professionnels construisent ensemble le régime à venir de l’interprofessionnalité », a explique ce mercredi lors d’une présentation Pierre Berlioz, professeur de droit à l’université Paris Descartes, qui fut conseiller du Garde des Sceaux au moment de la rédaction des ordonnances de la loi Macron.

 

Il faut « faire jouer la pluralité et la richesse des différents statuts pour créer une grande profession du droit », estime pour sa part Philippe Glaudet, notaire et président du Syndicat national des notaires de France (SNN) - l’un des quatre organisateurs de la conférence aux côtés de l’Association des avocats conseils d’entreprises (ACE), de l’Institut français des experts-comptables et des commissaires aux comptes (IFEC) et de la Compagnie des nationale des conseils en propriété industrielle (CNCPI). Ainsi, les métiers sont invités à trouver leur voix pour exercer ensemble, tout en respectant la déontologie et les règles de gouvernance propres à chacun.

Écrit par

Publié sur