Le fondateur du cabinet GFK CONSEILS-JURIDIS honoré

  • Publié
Le fondateur du cabinet GFK CONSEILS-JURIDIS honoré

Romain GERARDIN-FRESSE, fondateur du cabinet GFK CONSEILS-JURIDIS, fait Chevalier dans l’Ordre de la Croix Belge.

 

Sous le Haut Patronage de sa Majesté le Roi Philippe de Belgique, et la Présidence d’Honneur du Bourgmestre de Bruxelles Monsieur Philippe Close, Romain GERARDIN-FRESSE a été fait Chevalier dans l’Ordre de la Croix Belge par la Société Royale Philanthropique de Belgique pour l’éminence de ses travaux juridiques et son engagement en faveur d’une économie nouvelle et solidaire.

Romain GERARDIN-FRESSE, Expert Juridique et Conseiller Économique, fondateur du Cabinet GFK CONSEILS-JURIDIS, a été élevé lors de la promotion du 31 Janvier dernier au grade de Chevalier dans l’Ordre de la Croix Belge, en récompense de l’éminence de ses travaux juridiques.

 

Le juriste niçois qui chuchote à l’oreille des puissants, se veut le chantre d’un nouveau modèle économique et d’une stratégie managerielle différente, engagée dans la prospective de la philanthropie.

Il insuffle aux chefs d’entreprises et aux personnalités publiques qu’il conseille une mécanique de partage, notamment via la sensibilisation à des projets d’utilité sociale ou à vocation Humanitaire.

 

 

Ancien conseiller politique et diplomatique, Romain GERARDIN-FRESSE a décidé de créer il y deux ans le cabinet GFK CONSEILS-JURIDIS, labellisé cette année « cabinet d’excellence », voué à accompagner les dirigeants de grands groupes et les personnalités de premier plan dans leurs procédés de gestion et la résolution des problématiques liées à leurs activités.

 

Spécialisé dans le droit des affaires et les stratégies d’entreprises, le cabinet intervient en qualité d’appui externe, encadrant le développement de croissance de multinationales et en solutionnant les difficultés ou complications juridico-judiciaires en résultant.

 

Fort d’une trentaine de collaborateurs, avocats, expert-comptable, auditeur et lobbyistes, le cabinet GFK CONSEILS-JURIDIS compte aujourd’hui une clientèle aux ressources impressionnantes.

 

Ressources que l’expert juridique compte mondialiser, au profit d’une économie bienveillante.

 

« Il est impératif que le circuit économique de demain intègre une dimension sociale.

Nous devons sortir de la conception dichotomique du projet d’entreprise ; soit voué à la maximisation des profits, soit totalement dénué de but lucratif.

Une troisième voie existe, celle de l’économie bienveillante.

En somme, un principe de redistribution volontaire d’une partie des profits engendrés, ou d’intégration du volet socio-humanitaire au devenir d’une entité commerciale.

Les pouvoirs publics l’ont eux aussi compris, et le volet de la Loi Pacte qui vise à ajouter un alinéa à l'article 1833 du Code civil selon lequel la société doit être "gérée dans son intérêt social et en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité" en est la preuve. » expose Romain GERARDIN-FRESSE.

 

Le cabinet intervient à l’international, en conseillant des oligarques, des dynasties princières et même un gouvernement africain.

« A chacun, nous rappelons l’importance d’une contribution aux valeurs sociales » poursuit l’Expert-Juridique « Il est impératif que les dirigeants sachent qu’aujourd’hui il est possible d’allier mécénat et stratégies ».

 

Apprécié pour son expertise technique, le fondateur signe chaque mois une tribune dans les magazines Forbes et Entreprendre, et vient de se voir proposer une émission télévisuelle en mai prochain produite par La Tribune et Médias-France sur l’ingénierie managerielle.

Il est également contributeur du programme du célèbre Forum Économique Mondial, notamment organisateur du Forum de Davos.

 

Lorsque nous l’interrogeons sur un potentiel engagement en politique, afin d’apporter un regard différent sur les solutions éventuelles à mettre en œuvre, l’intéressé nous répond avec un sourire « ne pas y être diamétralement opposé ».