Éditeur juridique

  • Publié
  • modifié
Éditeur juridique

Principaux éléments à connaître avant de se lancer dans une carrière dans l'édition juridique.

L’exercice du métier d'éditeur juridique

 

L’éditeur juridique a pour mission principale d’informer ses lecteurs de l’actualité juridique. À cette fin, il devra rendre l’information juridique accessible au plus grand nombre de lecteurs, de l’étudiant en première année de droit au professionnel du droit.

 

L’éditeur juridique peut soit publier des ouvrages, soit des périodiques, des lettres d’information. En définitive, il bénéficie de divers supports pour transmettre son information au plus grand nombre, et l’adapter à chaque catégorie de lecteurs. Certains éditeurs ont aujourd’hui le statut de journaliste et ont à ce titre des activités de presse.

 

Le support de l’éditeur juridique est aujourd’hui principalement le site Internet. Les articles qu’il y publie devront faire l’objet d’une mise à jour permanente, l’éditeur juridique doit donc assurer une veille juridique.

 

Garant de la ligne éditoriale des ouvrages, l’éditeur juridique va devoir établir une relation de confiance avec les auteurs et les intervenants internes. Il doit donc veiller à la cohérence du fond et de la forme de l’ouvrage (cf. infra étape de relecture/réécriture).

La mission d’édition juridique proprement dite

 

L’éditeur juridique, lorsqu’il souhaite éditer un ouvrage, va faire un travail, en amont, afin de cibler les besoins de ses lecteurs. Il va ensuite définir la trame, la ligne qu’il souhaite donner à son ouvrage. Lorsqu’il aura établi un plan et la ligne éditoriale de l’ouvrage, il va confier la rédaction à des auteurs.

 

Une fois l’ouvrage rédigé, l’auteur va le renvoyer à l’éditeur qui sera en charge de sa relecture et de sa réécriture. Puis, quand il considèrera le projet comme définitif, il l’enverra en impression. On parle à ce stade du "B.A.T" (bon à tirer).

La formation de l'éditeur juridique

 

Les missions de l’éditeur juridique étant très diverses (management, rédaction, finance, marketing, communication), il n’existe pas de formation type, c’est un métier qui s’apprend "sur le tas".

 

En général les maisons d’édition préfèrent recruter des étudiants titulaires d’un troisième cycle et/ou d’un doctorat. En outre, elles préfèrent également les candidats ayant déjà une expérience dans la rédaction juridique. Bien entendu, le candidat doit justifier d’un goût pour l’écriture et la lecture, ainsi que des qualités rédactionnelles irréprochables.

 Rémunération

 

L’éditeur juridique peut espérer gagner, en fin de carrière, entre 5 000 et 6 000 euros par mois.

Sources : éditeurs juridiques 

 

Écrit par

Publié sur