Quels enjeux pour Pascal Eydoux, le nouveau président du CNB ?

  • Publié
Quels enjeux pour Pascal Eydoux, le nouveau président du CNB ?

Samedi 17 janvier Pascal Eydoux a pris la place de Jean-Marie Burguburu à la présidence du Conseil National des Barreaux (CNB). Ancien bâtonnier du Barreau de Grenoble, Pascal Eydoux a été élu au second tour avec 6 voix d’écart face à son rival Jean-Luc Forget.

Pascal Eydoux n’est pas étranger des instances représentatives de la profession. De 2000 à 2001, il est élu bâtonnier du Barreau de Grenoble, avant d’être élu au Conseil National des Barreaux de 2003 à 2005 et de prendre la tête de la Conférence des bâtonniers de 2008 à 2010. Prêtant serment en 1977, Pascal Eydoux exerce au sein du cabinet Eydoux et Modelski à Grenoble.


Pascal Eydoux est partisan d'une réforme en profondeur des professions du droit. En 2008, lors de son discours devant l’Assemblée générale statutaire de la Conférence des bâtonniers il s’exprime en faveur de la création d’une grande « profession du droit ». Avocats, notaires, avoués, huissiers de justice, conseils en propriété industrielle et « ceux qui, titulaires des diplômes professionnels de droit et de lui seul, exigeants et compétents, sont prêts à partager ce droit et à l'exercer ensemble ».


Les missions de Pascal Eydoux en tant que président du CNB s’annoncent d’ores et déjà nombreuses. Celui-ci devra en premier lieu gérer la révolte des avocats face au projet de loi Macron, auquel il s’est d’ailleurs déclaré défavorable. « Le ministère de l’Economie s’occupe de réformer des professions qui dépendent du ministère de la Justice », a-t-il  expliqué, dans la lignée de son prédécesseur Jean-Marie Burguburu. La réforme a également pointé du doigt les oppositions et les distances entre le CNB et l’ordre des avocats parisiens à propos du statut de l’avocat salarié en entreprise. Si le CNB s’y oppose farouchement, les avocats parisiens, via leur bâtonnier Pierre-Olivier Sur, y sont pour leur part favorables. Sur ce point, Pascal Eydoux se veut conciliateur. Il a d’ailleurs expliqué avoir des relations « parfaitement apaisée et tout à fait tranquille » avec bâtonnier du Barreaux de Paris.

 


Le bureau est ainsi composé :


Vice-présidents élus: Jean-Bernard Thomas, ancien membre du Conseil de l’Ordre de Paris et Roland Rodriguez, président d’honneur de la FNUJA et avocat au barreau de Grasse.
Tésorier : François-Antoine Cros, avocat au barreau de Tours.
Secrétaire : Marie-Aimée Peyron, ancienne vice-présidente du CNB et ancienne membre du Conseil de l'Ordre de Paris 
Membres non affectés : Jérôme Gavaudan, ancien bâtonnier du barreau de Marseille, William Feugère, président de l'ACE, Nathalie Roret, ancienne membre du Conseil de l'Ordre de Paris et Régine Barthélémy, ancienne présidente du SAF



Capucine Coquand



Retrouvez notre interview de Jean-Marie Burguburu  "« L’avocat est lié à la notion de problème, alors qu’il devrait être assimilé à la notion d’assistance », rencontre avec Jean-Marie Burguburu ", le 01/12/14,  ici