Les directeurs juridiques au contact des étudiants

  • Publié
  • modifié
Les directeurs juridiques au contact des étudiants

L’Association française des juristes d’entreprise (AFJE) a réuni mercredi 16 mars, plusieurs directeurs juridiques pour répondre aux interrogations des étudiants.

« Est-il pénalisant d’avoir le barreau pour être juriste », « quelles qualités faut-il pour devenir juriste ? », « quels sont les meilleurs masters pour devenir juriste ? », « quelles spécialités sont recherchées par les entreprises ? »… les étudiants présents pour l’occasion n’ont pas manqué de curiosité. Et ça tombe bien, car c’est les directeurs ou responsables juridiques étaient là pour les rassurer et répondre à leurs interrogations dans une ambiance détendue. Une chance pour ces étudiants, ignorant trop souvent l’étendue des opportunités qu’offre aux juristes le monde de l’entreprise.

 

François Pinon, le directeur juridique du groupe Accor a tenté de rassurer les plus jeunes, tandis que Doris Speer, la générale Counsel d’Astom a mis en avant l’indispensable passion pour exercer la profession. Son conseil : « Think out of the box ! », démarquez-vous, soyez différents, curieux. Céline Guyot-Sionnest, responsable juridique chez Sonia Rykiel a quant à elle partagé son expérience de juriste à l’étranger. Et c'est sans doute Lydie Bousard la directrice droit des société chez Disney qui aura le mieux clôturé l'événement par la citation : « Success is not the key  to happiness. Happiness is the key to success. Is you love what you are doing, you will be successful. »

 

Ce qu’il faut retenir :

 

  • Le monde de l’entreprise est souvent moins cloisonné que celui de l’université.  
  • Le Master 2 n’est pas une fin en soi : les juristes peuvent poursuivre leurs études après une première expérience en entreprise avec un LL.M. ou un MBA.
  • Oublier les préjugés selon lesquels les juristes sont forcément moins rémunérés que les avocats.
  • Contrairement aux idées reçues, le métier de juriste peut vous amener à voyager un peu partout dans le monde.
  • Intéressez-vous au maximum au monde de l’entreprise, même pour un simple stage d’observation de quelques jours.
  • Si les LL.M. ou les MBA sont parfois onéreux, certaines bourses existent. Certaines entreprises peuvent aussi accepter de financer ces formations.
  • Bannir le « il faut que ». Les étudiants doivent surtout faire ce qu’ils ont envie de faire.
  • Lorsque vous postulez pour un poste intéressez-vous à l’ensemble de l’entreprise ou du secteur.
  • Mettez en avant vos qualités personnelles, car elles comptent tout autant que vos diplômes.  
  • Construisez votre réseau le plus tôt possible (via les réseaux sociaux, via les réseaux alumni…)
  • Rassurez-vous : les recruteurs savent que les étudiants ne sont pas formés aux tâches concrètes. Les premières années en entreprise sont des années de formation, vous serez guidés.
  • Les recruteurs n’ont pas de préjugés sur « les meilleurs masters ».
  • Toutes les expériences à l’étranger sont les bienvenues.
  • Les seules barrières sont celles que vous vous imposez. Rien n’empêche un juriste d’exercer en France, puis en Chine, puis en Russie. Seule la motivation compte.
  • Le métier de juriste allie la problématique juridique et le business.
  • L’AFJE peut vous aider de trouver des stages à condition de leur expliquer ce que vous voulez.

 

C.C.

 

Plus d'informations sur le site de l'AFJE.