Le Barreau de Paris s’engage pour les droits des femmes et l’égalité

  • Publié

Mercredi 7 mars 2018, veille de la journée internationale de lutte des femmes pour leurs droits, Madame le bâtonnier Marie-Aimée Peyron et Monsieur le vice-bâtonnier Basile Ader ont révélé les actions du Barreau de Paris, prises en faveur de l’égalité.

C’était un des engagements majeur de campagne de Marie-Aimée Peyron et Basile Ader : assurer l’égalité entre les femmes et les hommes au sein de la profession, et plus généralement, assurer la défense des droits des femmes.


Aujourd'hui, les femmes représentent 54% des effectifs de la profession d’avocat. A Paris, seulement 32% des avocats associés sont des femmes et, la rémunération des femmes avocats représente en moyenne 50% de la rémunération des hommes. Le constat est alors sans appel pour la 3ème femme Bâtonnier de Paris : « Il nous faut faire sauter le plafond de verre ».

 

10 actions pour une politique de lutte transparente, claire et efficace au sein du Barreau

 

Le Barreau de Paris s’engage pour l’égalité et lance un programme tourné autour de 10 actions majeures, pour une politique de lutte transparente, claire et efficace au sein du Barreau.

 

« Ce que nous souhaitons, c’est inverser la courbe »

 

  • Prise de position officielle de l’Ordre des Avocats de Paris afin de signifier le changement de paradigme sur ces enjeux en faveur des victimes et de les inviter à poursuivre leurs témoignages ;
  • Lancement d’une campagne globale de sensibilisation et de recensement autour des faits de discrimination, agissement sexistes et violences sexuelles ;
  • Lancement d’une campagne de sensibilisation à l’attention des élèves-avocats avec notamment la création d’une « Semaine de l’égalité » à l’EFB ;
  • Création de modules sur les violences sexistes et sexuelles dans la formation continue des avocats ;
  • Création d’un référent harcèlement à l’EFB ;
  • Création d’un réseau de « cabinets refuges » pour les élèves-avocats ;
  • Création de référents formés au sein de l’Ordre des Avocats de Paris, qui auront pour missions de recueillir la parole des victimes et/ou témoins de manière confidentielle, apporter un réconfort psychologique, rapporter au Bâtonnier des faits allégués de harcèlement et de discrimination en vue de l’ouverture d’une enquête déontologique, et favoriser le déclenchement d’une procédure disciplinaire ;
  • Renforcement des prérogatives de la commission harcèlement/discrimination ;
  • Suspension des conventions de stages avec les cabinets condamnés disciplinairement a raison de faits de violences et/ou de harcèlement sexuels ;
  • Transmission systématique à l’autorité de poursuite des dossiers de harcèlement sexuel et instruction et jugement par des membres du conseil de l’ordre formés à ces questions.

 

Pour Marie-Aimée Peyron, « il est nécessaire que le principe d'égalité soit écrit noir sur blanc ». C'est pourquoi le Barreau de Paris souhaite intégrer ce principe dans le règlement intérieur et l'ajouter aux principes essentiels de la profession. Puis, de manière totalement symbolique, le Barreau crée les Trophées de l’égalité. Remis lors des États généraux de l’égalité et de la diversité qui seront lancés le 28 mai, ces Trophées ont pour but d'amener les cabinets d’avocats a démontrer les actions concrètent qu’ils ont mené pour assurer l’égalité et la diversité au sein de leur cabinet. Le Barreau de Paris veut inciter les cabinets à se poser la question « Qu’est-ce que nous avons fait pour l’égalité et la diversité ? ». Enfin, alors que de nombreuses femmes considèrent la maternité comme un frein à l'avancée de leur carrière professionnelle, le Barreau de Paris s'engage a créer une avance de Trésorerie pour les cabinets qui se verraient en difficulté suite à un départ en congés maternité d'une collaboratrice, et prévoit la mise en place d'avocats "remplaçants".


 

« Le départ en congés maternité ne peut plus être un prétexte pour remercier une collaboratrice »

 

 

Un Barreau citoyen au côté des femmes

 

Au delà de l'engagement pris pour une égalité au sein de la profession, le Barreau de Paris lance une campagne photos et vidéo « qui se veut à la fois pour le barreau mais aussi pour la défense du droit des femmes d’une manière générale ». Lancée très prochainement sur les réseaux sociaux, cette campagne à pour objectif de sensibiliser le monde des avocats et l’opinion publique sur les questions d’inégalités professionnelles, de discriminations, de harcèlement et violences sexistes.

 

Le Bus de la solidarité sera quant à lui consacré aux femmes durant deux journées. Les avocats parisiens assureront bénévolement des permanences pendant ces deux jours pour répondre aux questions des femmes.

 

Enfin, l’Ordre des Avocats de Paris souhaite organiser la prise en charge de 365 dossiers par 365 avocats bénévoles sur une année, en partenariat avec la Fondation des femmes.

 

Clémentine Anno