Laure Heinich: récit d'une avocate en colère

  • Publié
  • modifié
Laure Heinich: récit d'une avocate en colère

A 39 ans, l’avocate pénaliste, exprime son mécontentement. Dans un ouvrage intitulé « porter leur voix », elle témoigne des différentes facettes de la profession d’avocats et de la justice en générale.

 

Laure Heinich n’est pas une avocate comme les autres. En 2006, la jeune avocate est reconnue pour ses talents d’éloquence en devenant lauréate de la prestigieuse conférence du stage. Soif de témoigner de sa profession, elle se tourne à partir de 2007 vers la rédaction d’un blog « derrière le barreau, la justice vue de l’autre côté de la barre » (Rue 89).

 

Sa notoriété du grand public, elle la doit néanmoins, aujourd’hui, à certains procès médiatiques, tels que les tournantes de Fontenay ou le Gang des barbares.

 

L’avocate tient son engagement et son imperméabilité aux critiques de son héritage familial. En effet, son grand-père, résistant a été tué en 1944 d’une balle dans la nuque par un officier de police français, sur les marches du palais de justice de Lyon. C’est seulement en 2012, qu’elle apprend, que l’officier avait fini par être jugé et condamné à deux ans de prison.  « Moi qui passe le plus clair de mon temps aux assises, je découvre des années plus tard qu’un pan de mon histoire familiale s’y est joué. Comme quoi, il y a une cohérence dans la vie ».

 

Son livre « porter leur voix », est pour elle un « aboutissement personnel, le dépassement de nombreuses barrières personnelles ».

Cet ouvrage[1], Laure Heinich le voit comme l’occasion de rappeler ses convictions d’avocates. Au fil d’une trentaine d’affaires racontées, elle y décrit la vie du palais, et celle du cabinet (qu’elle a fondé avec ses associés en 2006)

 

Elle y exprime sa colère contre la suffisance des magistrats mais aussi contre le manque d’humanité de la justice. « La justice elle-même est d’une brutalité folle, par son manque de moyens et par automatisme des magistrats. Notre justice, souvent, bâcle les gens »

 

« Dans l’affaire des tournantes de Fontenay, j’écris ma rage contre le parquet qui a mis trois ans à organiser un procès, après la fin de l’instruction… d’ou une audience 13 ans après les faits ». Livre t’elle dans une interview accordée au journal l’express le 30 janvier dernier.

 

La vie du palais n’est pas le seul cheval de bataille de l’avocate pénaliste. Les prisons et les conditions de détention font également pleinement parti de sa révolte. «  En visitant la maison d’arrêt de Fresnes, j’ai eu honte ! Pourquoi les conditions de détention ne sont –elles pas simplement dignes ? Il faudrait aussi que le privation de liberté ait une fonction utile ».

 

Fière de ses idées et de ses convictions, la quatrième de couverture de son ouvrage, résume parfaitement la pensée de Laure Heinich: « Un avocat doit avant tout conserver sa faculté de résistance et, finalement sa liberté de déplaire ».

 

 

 Par Capucine Coquand, responsable presse, pour Carrières-Juridiques.com

 

 


[1] " Porter leur voix ", par Laure Heinich, Editions Fayard, 306 p., 20 €, en librairies depuis le 15 janvier.