La traduction B2B : un élément stratégique pour les entreprises

  • Publié

Internationalisation, affaires européennes complexes et business hors frontière obligent, le recours aux traducteurs est devenu une nécessité absolue pour engager sereinement des négociations, gagner des marchés et promouvoir ses produits et services. Qu’attendre d’un traducteur professionnel ?

Comment traduire « wrongdoing » ? « Faute », « malversation », « acceptation » ou « comportement inapproprié » ? Dans un contexte politico-juridique, l’interprétation controversée de ce mot traduit en 27 langues a engendré le report de la ratification d’une directive européenne de huit jours. Un exemple parmi d’autres qui éclaire l’importance du choix des mots dans une traduction. Chez Global Voices, agence de traduction et d’interprétariat, les traductions, qu’elles soient juridiques, financières ou techniques, sont confiées à des professionnels conscients des enjeux économiques de leurs clients. Rencontre avec Rachel Barnet, linguiste et traductrice au sein de cette entreprise leader.

 

Quelles missions vous sont confiées chez Global Voices ?

 

Rachel Barnet : Je traduis principalement des documents légaux et financiers pour des clients italiens. J’ai également de l’expérience dans la traduction de textes ayant trait au marketing, au tourisme, à l’alimentation et aux produits de consommation dans ces combinaisons linguistiques : anglais, français, italien et espagnol. Je collabore principalement avec la chef de projet pour l’Italie sur les projets de traduction de Ernst & Young, Unipol, Autostrade per l’Italia et Neri. Chaque client demande que l’on traduise des types de texte différents. Aeroporti di Roma, par exemple, peut nous envoyer un contrat un jour, et le jour suivant un communiqué de presse sur les événements musicaux dans l’aéroport.

 

Quels sont les défis à relever en tant que traducteur ?

 

Un traducteur doit gérer son temps de manière très efficace, en particulier dans le cas de projets urgents. Souvent, il est difficile de jauger la quantité de mots que l’on peut traduire chaque jour car cela dépend de la complexité du document d’une part et de la compatibilité des textes avec SDL Trados, logiciel de traduction assistée par ordinateur qui accélère considérablement le processus de traduction, d’autre part. Il nous est demandé aussi d’avoir un regard critique sur notre propre langue, surtout quand un client n’est pas d’accord avec le choix des mots, la structure d’une phrase, etc.

 

Comment parer le problème d’interprétation en cas de doute ?

 

Il peut arriver que la Responsable Qualité me demande d’examiner un problème. Nous travaillons ensemble pour comprendre les doutes, trouver une solution et s’assurer que le projet sera mené à bien. En général, les sociétés sous-estiment l’importance d’une traduction faite par des linguistes et traducteurs professionnels. Une mauvaise interprétation peut avoir des conséquences significatives sur la manière dont le public cible perçoit le texte. En tant que linguistes et traducteurs professionnels, nous disposons de la capacité non seulement de traduire des mots d’une langue à l’autre, mais aussi de communiquer au public le message dans sa totalité.

 

Quels diplômes et certifications avez-vous obtenus pour parvenir à ce haut niveau de traduction ?

 

J’ai obtenu un master de traduction à l’université de Glasgow (Écosse). Mes langues d’intérêt étaient l’italien et le français. Auparavant, j’ai effectué une licence en langues modernes à l’université de Saint Andrews (Écosse). Mon expérience dans la traduction pendant ma licence a commencé en Italie où j’ai suivi pendant  un an plusieurs modules de traduction. J’ai, de plus, obtenu le certificat de SDL Trados, et je me renseigne sur l’affiliation ITI (Institute of Translation and Interpreting). Je suis également des cours en ligne pour le développement professionnel continu qui sont directement liés à mes domaines de traduction.

 

À la lumière de ce témoignage professionnel, qui démontre l’intérêt primordial d’une bonne traduction, nous sommes conscients qu’il ne faut pas recourir aux traducteurs en ligne dont l’efficacité est assez limitée.