L'évolution des carrières et adaptabilité

  • Publié
  • modifié
L'évolution des carrières et adaptabilité

Compte rendu de la conférence du 22 mars 2012 organisée par Carrieres-Juridiques.com, l'AFJE et Le Petit Juriste

 

 

L’adaptabilité est fondamentale et ne peut pas être acquise au cours de vos études. Elle permet de comprendre ce que le client interne ou externe attend de vous. Il s’agit d’une immense psychologie. Le reste est une méthode de penser, une formation, mais rien de plus. Il ne faut pas assommer les gens avec vos compétences mais simplement sortir du « strictement juridique ».


L’adaptabilité n’a rien à voir avec les études mais doit être travaillée pendant toute sa vie professionnelle. Ce n’est pas quelque chose qui se décrète, c’est la plus grande vertu d’esprit que vous pouvez avoir et qui dépasse votre formation juridique.

 

On attend l’adaptabilité de toute personne nouvellement recrutée dans une société sous n’importe quel type de contrat. C’est fondamental car une personne qui n’arrive pas à interagir au sein d’une entité ne peut être efficace. Il ne faut jamais hésiter à enchainer les contrats d’intérim et les CDD afin de faire plusieurs premières expériences.

 

Par ailleurs, auprès de l’AFJE, nous n’avons pas d’offres sous le coude mais vous donnons des conseils, un soutien psychologique et un début de réponse à beaucoup des questions que l’on peut se poser.

 

Sur le thème du passage entre avocat / juriste : Il faut faire attention aux cabinets d’avocats qui peuvent être très bien si l’on est bien encadré par un tuteur mais qui ne représentent pas toujours la meilleure forme d’apprentissage. Le passage dans un cabinet d’avocats peut être un bon passage en ce qu’il permet notamment de se faire des relations. Il ne faut pas rater une occasion de maintenir son carnet d’adresse. Même si les compétences techniques sont importantes, le relationnel est fondamental. Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue que l’expérience peut s’acquérir de très nombreuses manières, en cabinet d’avocats, dans les grands Groupes ou encore dans les PME.

 

Sur l’étude dans l’entreprise : Il faut regarder dans l’entreprise où se situe le pouvoir. Il n’est pas forcément à la Direction. Il faut mener une écoute active qui permettra de montrer que vous apportez quelque chose mais que vous êtes à l’écoute de tout dans l’entreprise afin d’apporter votre plus-value et des solutions aux personnes.

 

Sur le statut dans l’entreprise : le statut n’importe pas. Il faut être ouvert à toute proposition et ne pas être braqué. Il n’y a pas de mauvais début ou de bon début mais simplement de magnifiques perspectives d’évolutions.

 

 

QUESTION : On répète souvent qu’à compétence égale, le fait d’avoir passé le CRFPA fait qu’on est plus facilement embauché. Ce constat est-il vrai ?

 

REPONSE : Il n’y a pas de règle absolue. Si vous souhaitez dans un premier temps intégrer un cabinet d’avocats, il faut de plus en plus être titulaire du CRFPA. Aujourd’hui, ce n’est pas forcément bien fait car si on reste dans le timing on perd environ 6 mois. Dans l’entreprise en revanche, ce n’est pas un élément discriminant pour entrer dans une direction juridique d’entreprise. C’est indispensable si on veut rentrer en cabinet d’avocats. Si on ne veut pas commencer par cela le CRFPA n’apportera pas grand chose.

 

 

QUESTION : si on se place sur une première expérience, est ce très important de faire attention à de la sur-spécialisation dans un domaine ? Peut-on passer d’un domaine à un autre ?

 

REPONSE : Il y a tellement de facettes du métier de juriste que tout le monde a raison et tout le monde a tort. Si la personne a un profil d’expert, et se sent bien dans son domaine, il peut faire une brillante carrière. On a des experts en droit de la concurrence qui sont des gens qui s’éclatent tous les jours. En revanche, ces gens n’ont pas de profil de manager, ce qui est normal.

 

Maintenant, avec une formation généraliste, on va se différencier comment ? En tant que débutant, on ne va pas vous choisir sur une expertise car vous ne l’avez pas.  Ne vous spécialisez pas à 25 ans, vous vous enfermez davantage.

 

De plus, faites attention à ne pas être marqué « assurance » ou bien « immobilier » ou tout autre secteur. Soyez attentif à cela par rapport à certaines choses à côté du droit qui pourraient davantage valoriser votre profil.

 

De plus, il faut faire attention aux constats tels que « on est mieux payé dans les grandes entreprises », ce qui n’est pas forcément exact. L’argent n’est pas tout, il ne faut pas faire de calcul de vitrine.