Top 6 des professions juridiques méconnues (à tort)

  • Publié le 13-04-2015 dans

Les professions juridiques ne se limitent pas aux avocats, notaires et magistrats. S'il est une matière difficile, le droit a l’avantage d’offrir une palette de métiers bien plus variée que ne le pense la vox populi. Que les étudiants qui n’ont pas forcément la fibre de la robe, comme ceux qui ont une allergie du bureau se rassurent, le champ des possibles est large. 

Huissier audiencier

Si vous avez déjà assisté à une audience, vous avez très certainement vu déambuler dans le prétoire, une robe noire un peu particulière. Celui qui la porte n’est ni un avocat, ni un magistrat, mais l’huissier audiencier veillant à l’œuvre de la Justice, à l’ordre et au respect de l’audience. Il appelle les parties au début de l’audience et assure la police de celle-ci. Il est également en charge de signifier les actes « du palais » (documents qui s’échangent ou se notifient les avocats lors d’une procédure). Si le terme d’huissier ne fait pas forcément rêver de prime abord, la fonction peut néanmoins séduire ceux qui souhaitent participer à l’univers judiciaire sans pour autant revêtir le costume de magistrat ou d’avocat.


Comment devenir huissier audiencier ? Il est nécessaire d’être titulaire d’un Master 1 en droit. Un stage de deux ans dans une étude d’huissier est obligatoire. Lorsque l’étudiant a trouvé son stage, il doit se faire inscrire sur le registre spécialement tenu par la chambre départementale concernée. Parallèlement au stage, il est obligatoire de suivre une formation visant à préparer l’examen professionnel d’huissier de justice clôturant les deux années de stage.


Plus d’informations sur le site de la chambre des huissiers de justice

Administrateur de l’Assemblée nationale

La fonction devrait interpeller les passionnés de légistiques et de procédures législatives en tous genres. L’administrateur de l’Assemblée nationale apporte une assistance juridique et technique aux députés dans l’élaboration de la loi. Ses missions vont de la recherche à la rédaction, en passant par la mise en œuvre des procédures législatives tout en étant contraints à une neutralité politique et de discrétion professionnelle. Le statut des administrateurs relève d’un règlement intérieur pris par le Bureau de l’Assemblée Nationale.


Comment devenir administrateur de l’Assemblée nationale ? Les candidats doivent être titulaire d’un Master 1. Une grande motivation est indispensable, puisque les administrateurs sont recrutés par un concours administratif de catégorie A, considéré comme l’un des plus difficiles de la fonction publique. Cinq postes seulement sont ouverts tous les deux ans. 


Plus d'informations sur le statut et la carrières des fonctionnaires de l'Assemblée nationale, ici

Commissaire des armées

Le commissaire des armées est chargé de l’administration et des services des armées. L’avantage de la fonction réside dans la variété des domaines d’intervention : le droit, la logistique, le management, les finances, l’audit, les ressources humaines. Le commissaire des armées permet de concilier une formation universitaire avec un métier de terrain, pour tous ceux qui ne sont pas tenté par la vie de bureau.


Comment devenir commissaire aux armées ? Deux concours existent. Le premier est le concours dit « sur épreuves », nécessitant un diplôme de niveau bac+3 et un concours « sur titre », réservé aux titulaires d’un niveau bac +5.  Le concours sur épreuves comprend des épreuves écrites et orales. Le concours « sur titre », comprend une étude préalable du dossier du candidat, qui sera par la suite convoqué pour des entretiens collectifs et individuels. Une épreuve sportive est obligatoire pour les deux concours.  Une fois le concours réussi, les élèves intègrerons l’école des commissaires des armées pour deux ans.


Plus d’informations sur le concours sur épreuves ici

Plus d’informations sur le concours sur titres ici

Documentaliste juridique

Le métier de documentaliste consiste en l’assistance des avocats au quotidien dans la recherche juridique. Il appartient au documentaliste de mettre en place une bibliothèque physique ou numérique, pour simplifier les recherches au quotidien des avocats.  Fonction support par excellence du cabinet d’avocats, la fonction n’a pas forcément bonne réputation. Le/la documentaliste assure pourtant la veille juridique en filtrant l’information pour les avocats du cabinet, il transmet son expertise, il négocie les contrats avec les éditeurs. Il s’occupe même parfois de la communication au sein du cabinet (gestion du site internet, community management…).


Pour Carole Guelfucci, responsable documentation et webmaster du cabinet Darrois Villey Maillot Brochier, « si l'on accepte la dimension service du métier, la profession de documentaliste juridique est passionnante car elle cumule l'aspect intellectuel de la matière juridique en perpétuelle évolution à l'aspect technologique du métier qui a connu toutes les évolutions du minitel au web sémantique. »

Retrouvez l’interview de Carole Guelfucci ici


Comment devenir documentaliste juridique ? La fonction n’exige pas de diplôme particulier. Elle sous-entend néanmoins, d’une part un passage presque obligatoire par l’école bibliothécaires et documentalistes et d’autre part une solide connaissance du droit. Un double diplôme est donc idéal. Une pratique courante de l’anglais est indispensable.

Généalogiste successoral

Lorsque les notaires rencontrent de difficultés à retrouver les héritiers d’une personne défunte, ils peuvent faire appel à un généalogiste successoral. Celui-ci est donc expert en matière d’étude des familles et la recherche d’héritiers vivants, qui permet de s’assurer de la présence ou non d’héritiers connus. La profession est aujourd’hui peu connue, mais tant à s’accroitre en raison de l’explosion du modèle familial traditionnel et de la mobilité des populations. De quoi séduire ceux qui ont toujours rêvé de devenir détective, sans les aspects dangereux.


Comment devenir généalogiste successoral ? Aucune formation particulière n’est réellement exigée, l’acquisition d’expérience étant la seule exigence. Un cursus juridique est néanmoins plus que recommandé.


Témoignage d’un généalogiste successoral

Directeur d’hôpital

Le directeur d’hôpital assure le règlement des affaires générales de l’hôpital. Il a autorité sur l’ensemble des personnels médicaux comme non-médicaux. C’est lui qui exécute les décisions du conseil de surveillances et met en œuvre le projet préparé par le directoire.  Ses activités principales sont basées sur la stratégie, la coordination, la réalisation de projets. Le monde de la santé se judiciarise de plus en plus, les juristes sont donc plus que jamais nécessaires dans le secteur hospitalier.


Comment devenir directeur d’hôpital ? Le concours externe est ouvert aux titulaires d’un diplôme national sanctionnant au moins trois années d’études supérieures. Les épreuves d’admissibilités sont divisées en quatre épreuves écrites, une composition, une note de synthèse, une épreuve sur un sujet au choix (droit public, mathématique, santé publique, sciences économiques). La phase d’admission comprend pour sa part trois épreuves orales. Une fois le concours réussi, l’élève sera formé pendant trois ans à l’école des hautes études en santé publique (EHESP) à Rennes. 



Capucine Coquand