Rosario Grasso. « Trente-huit nationalités sont représentées au barreau du Luxembourg »

  • Publié
  • modifié
Rosario Grasso. « Trente-huit nationalités sont représentées au barreau du Luxembourg »

A 54 ans, il est le bâtonnier des 2261 avocats de la deuxième place financière du monde. Rosario Grasso, associé fondateur du cabinet Kleyr Grasso est élu en 2014. Spécialiste des questions sensibles en matière de droit pénal des affaires, il a accepté de répondre à nos questions sur l’état du marché luxembourgeois. 

Carrières-Juridiques.com. Le barreau luxembourgeois est un barreau multiculturel…


Rosario Grasso.  Le Luxembourg est la première place financière au niveau européen, et la deuxième au niveau mondial. Le multiculturalisme se fait naturellement. Trente-huit nationalités d’avocats sont représentées au grand-duché. Les cabinets vont parfois s’adapter aux nationalités de leurs clients. Si un cabinet a un client grec, il sera tenté d’embaucher un avocat grec. Ce phénomène explique en partie ce multiculturalisme. Il faut noter que les français sont les plus représentés. Ils sont 936 inscrits, alors qu’on ne compte que 683 avocats luxembourgeois….


C-J.com. Quelle est votre position par rapport à cette présence des avocats français au Luxembourg ?


R. G. La présence des français s’explique par la tradition. Depuis toujours il est plus facile pour des cabinets luxembourgeois de travailler avec des avocats français car les droits sont très proches. Les grands principes du droit sont identiques dans les deux pays. Aujourd’hui, nous ne recherchons pas particulièrement des avocats français, mais des avocats spécialisés et compétents dans les secteurs financiers ou contentieux. La problématique des français c’est leur niveau de langue.  Dans 90 % des cas, ils ne maitrisent que le français pour le contentieux. Le Luxembourg, ce sont trois langues officielles : le luxembourgeois, le français et l’Allemand. 


C-J.com. Quels liens entretenez-vous avec le barreau de Paris ?


R. G. Le barreau de Paris nous a offert la possibilité de faire des échanges. Conformément à la réglementation, nos stagiaires peuvent effectuer leur stage à l’étranger à partir du moment où c’est un pays membre de l’Union européenne et si le stage dure plus de trois mois et moins de six mois.  Ces échanges nous permettent d’entretenir des liens intéressants avec le barreau de Paris. Cette solution facilite par la suite l’insertion des avocats qui souhaitent être inscrits sur les deux barreaux.


C-J.com. Comment voyez-vous l’avenir pour le barreau de Luxembourg ?


R. G. En regardant les chiffres des 4 dernières années, je constate que le nombre d’avocats au Luxembourg est stable. Certains confrères démissionnent, d’autres arrivent, ce qui crée un équilibre global. La demande d’avocats sera toujours présente au Luxembourg. A la différence d’autres grandes places du droit, nous recherchons des avocats dans des secteurs spécifiques avec une expertise particulière. L’évolution notable de ces dernières années tient à l’abolition du secret bancaire, effective depuis le 1er janvier 2015. Les banquent constatent qu’il y a de moins en moins de petits épargnants mais de plus en plus de grosses fortunes. Elles remarquent également plus d’activités en Data Center. Je suis personnellement confiant sur la situation, car les avocats experts du secteur auront toujours la possibilité d’exercer au Luxembourg. Nous n’aurons jamais un chiffre trop important d’avocats. Nous resterons probablement entre 2000 et 3000 avocats, ce qui est un nombre adéquat.


Propos recueillis par Capucine Coquand 

 


Le barreau du Luxembourg en quelques chiffres 

2261 avocats actifs : 1236 hommes et 1025 femmes
 
38 nationalités :
936 français
683 luxembourgeois
258 belges
142 allemands

 
326 stagiaires
 
509 avocats étrangers membres d’un pays de l’Union Européenne, exerçant avec leur titre d’origine.
 
- 498 cabinets d’avocats : une dizaine d’avocats regroupent la moitié des avocats exerçants au Luxembourg. 



Propos recueillis par Capucine Coquand