Pascale Eydoux présente ses vœux à la presse : « Nous tenterons de faire aussi bien que nos prédécesseurs »

  • Publié
  • modifié
Pascale Eydoux présente ses vœux à la presse : « Nous tenterons de faire aussi bien que nos prédécesseurs »

Ce mardi 27 janvier, Pascale Eydoux, fraichement élu à la tête du Conseil National des Barreaux a présenté ses vœux à la presse. Laurent Martinet, vice bâtonnier du barreau de Paris et membre du droit du CNB était également présent pour l’occasion. 

Ambiance sereine dans l’amphithéâtre de la rue de Londres. « Nous avons un objectif de prospective. Notre profession doit revisiter ses modes de fonctionnement et d’exercice », explique Pascale Eydoux aux quelques journalistes présents dans la salle.


L’année 2015 s’annonce d’ores et déjà mouvementée pour la profession. Alors que la loi Macron est actuellement débattue à l’Assemblée Nationale, le CNB se réjouit de l’abandon par la commission spéciale, du statut d’avocat salarié en entreprise. « C’est dans un souci d’apaisement que la chancellerie a abandonné le débat », a expliqué Laurent Martinet pourtant favorable à la mesure. Cette unité soudaine en dit long sur la volonté du CNB et du barreau de Paris de faire front commun. « Nous n’avons pas combattu en faveur de l’avocat salarié en entreprise mais plutôt contre l’idée de l’apparition de deux professions distinctes », précise le représentant des avocats parisiens. Si l’entente entre les deux instances semble apparente sur ce point, elle l’est moins sur d’autres. Sur la question des braconniers du droit Pascale Eydoux a rappelé l’importance de proposer une offre face à certains services en ligne. Ce dernier souhaite que la profession puisse développer une offre sérieuse en matière de plate-forme numérique. « Nous devons adapter l’offre professionnelle à la demande des citoyens et des entreprises et envisager des méthodes de communication pour lutter contre ces sites ».


Le président du CNB a également annoncé la réalisation de travaux autour de la diversification de la demande de droit avec la réactivation du Centre de recherches et d’étude des avocats (CREA), mais également la mobilisation du CNB dans un futur proche, sur les questions de l’Aide Juridictionnelle. Si les projets à venir ne manquent pas, Pascale Eydoux n’a pas manqué de rappeler les évolutions apportées par la précédente mandature. Le CNB mettra  notamment en œuvre la réforme des élections du CNB qui se feront à l’avenir au suffrage universel direct.  



Capucine Coquand



Retrouvez notre interview de Pascal Eydoux et Laurent Martinet, ici