Lum Law, la plateforme en ligne dédiée aux avocats

Lum Law est une plateforme internet hybride totalement dédiée aux avocats au sens large, à savoir les avocats à la Cour, avocats honoraires, avocats au conseil et élèves-avocats.

 

Créée dans le but de permettre aux avocats de se concentrer sur leur métier et de leur "simplifier la vie", Lum Law rencontre un réel succès. Carrières-juridiques.com a interviewé Claire Girard, directrice de cette nouvelle plateforme. 

Carrières-juridiques.com. Comment avez-vous su identifier les différents besoins des avocats ?

 

Claire Girard. Pour identifier les besoins des avocats, nous avons effectué des études marketing. Entre novembre et décembre 2015, nous avons interrogé un échantillon représentatif d’avocats venant de la France entière ; avocats plaidant ou non, hommes, femmes, d’âges et de spécialisations différents. Physiquement ou par téléphone, nous les avons questionné afin de savoir ce qui leur manquait, ce dont ils avaient besoin. De plus, nous avons réuni deux focus groups (un à Rennes et l’autre à Paris) d’une dizaine d’avocats, accompagné d’un animateur, que nous avons écouté, étudié et décrypté derrière une vitre sans tain.

 

CJ.com. Majoritairement, quelles demandes sont ressorties de ces études ?

 

C. G. Beaucoup d’avocats se plaignent notamment du manque de confraternité dans la profession, les avocats ne s’aident plus entre eux et c’est pour cela que nous avons décidé d’ajouter un réseau social sur notre plateforme. Ainsi sur un seul site – et c’est là l’innovation, vous avez un réseau social et des services. Lum Law est une conciergerie, et offre notamment la possibilité de rédiger des articles, d’inviter à participer à des événements et propose tout un système appelé « Agora » où l’avocat peut poser des questions juridiques ou non juridiques, mais aussi partager ses bons plans. Nous mettons également en place un annuaire des juridictions ;  l’idée est que l’avocat indique les horaires d’ouvertures de greffes ou complète les changements d’adresses, afin de recenser ces informations et de les mettre en ligne. Toujours dans le but de faciliter la vie des avocats.

 

CJ.com. Comment procédez-vous pour rendre tous ces services ?

 

C. G. Nous avons pour ambition d’agréger un certain nombre de partenaires pour que l’avocat ne se pose pas de questions quant à la qualité des prestations. Nous évaluons nos partenaires afin que ceux-ci soient à la hauteur des exigences du Groupe ELS. Nous essayons au maximum de trouver des partenaires qui travaillent sur la France entière afin que les avocats de province, qui se sentent souvent oubliés, sachent que non, Lum Law ne les oublie pas. Pour le moment, Lum Law compte quatre partenaires : Officéo, Predictice, LeCab et Themis communication. Il est ainsi possible d’obtenir grâce à Lum Law un assistant juridique ou administratif pour une durée déterminée, un chauffeur privé ou encore de mettre en place une stratégie de communication pour promouvoir le cabinet. Outre ces services très pratiques, Lum Law va offrir la possibilité aux avocats de s’abonner à Predictice, plateforme dédiée à la justice prédictive. Lum Law est une vraie conciergerie, nous proposons un catalogue d’offre avec un chatbot qui guide l’avocat jusqu’au paiement. S’il ne trouve pas ce qu’il désire dans le catalogue, il est alors redirigé vers la conciergerie qui aura pour mission de répondre au besoin particulier de l’avocat.

 

CJ.com. Quel service est le plus sollicité par les avocats ? Avez-vous déjà eu des demandes originales ?

 

C. G. Pour le moment le service le plus demandé, c’est le coursier. Les avocats n’ont souvent pas le temps d’aller déposer un recommandé à la poste. Mais les demandes sont très diverses. Pour l’anecdote, une avocate rennaise passionnée de plongée ne pouvait plus exercer sa passion car il manquait une pièce à son matériel. Les horaires d’ouvertures de la boutique ne lui permettant pas de s’y rendre elle-même, elle a fait appel à Lum Law pour lui rendre ce service et lui faciliter la vie. 

 

CJ.com. Combien d’inscrits compte à ce jour Lum Law ?

 

C. G. Il est impossible aujourd’hui de vous donner un nombre précis d’inscrits sur Lum Law. Nous sommes actuellement en train de les valider. Ce que je peux dire, c’est que depuis le début de notre campagne de communication, le nombre d’inscrits croît de manière exponentielle.  

 

CJ.com. Est-ce une plateforme payante pour les utilisateurs ?

 

C. G. L’inscription sur Lum Law est totalement gratuite. En revanche, si l’avocat veut se faire livrer un petit déjeuner ou autre, il doit payer la prestation.

 

CJ.com. Quelles sont les pistes de développement de la plateforme ? Pensez-vous ouvrir son utilisation aux particuliers ?

 

C. G. L’idée c’est d’être à l’écoute du marché. Nous effectuons une veille sur les Start Up pour trouver toujours plus de choses innovantes, et nos inscrits eux-mêmes nous donnent des pistes en fonction de leurs besoins. Lum Law est une plateforme qui se veut collaborative ; entre les avocats eux-mêmes (avec notamment un système de gamification grâce auquel l’avocat qui aide son confrère va gagner des points lui permettant d’avoir des réductions aussi bien sur les services que proposent Lum Law que sur les produits du groupe ELS), mais aussi entre les avocats et notre plateforme. Logiquement, la plateforme ne sera jamais aboutie.

 

Concernant l’ouverture de la plateforme aux particuliers, ce n’est pas d’actualité. D’une part nous avons remarqué que les avocats souhaitent rester entre eux  et d’autre part, que d’autres plateformes proposent déjà cette relation client-avocat. Nous voulons justement prendre le contrepied de ce mouvement, et rassurer les avocats qui ne comprennent pas bien ce qui leur arrive. Nous voulons leur dire qu’ils seront chouchoutés en venant sur Lum Law.  Les pistes d’ouverture seraient plutôt tournées vers d’autres professions règlementées ; les huissiers, les notaires, et les directions juridiques.  

 

Propos recueillis par
Clémentine Anno & Anissa Katti

@clementine_anno@creepyturkey