"Les CV ne disent pas tout de nous" Ana Anicic, responsable d'Upward Legal

  • Publié

Quand le recrutement bienveillant détermine les processus de recrutement, l’humain réinvestit sa place. « Incompatibles, nous ne partageons pas la même vision du futur ». Non, vous ne venez pas de vous faire éconduire sur un réseau de rencontres, mais la déception est bien là, et il s’agit malgré tout d’une rupture. Vous faites partie des 17% de mismatchs en recrutement de cadres. Côté recruteurs, ce n’est pas plus satisfaisant.

Plus de la moitié des DRH français avouent avoir déjà embauché un candidat ne correspondant pas à leurs recherches. Comment expliquer ces difficultés à associer la bonne candidature à la bonne offre ? Par quels moyens les cabinets de recrutements peuvent-ils réagir et se positionner pour contrer ce phénomène ?


Job boards, big data, atomisation des salons : l’accès à de nombreux CV pousse les cabinets de recrutements à justifier leur légitimité sur le marché du recrutement. Il ne suffit plus de se reposer sur des bases de CV pour trouver des correspondances entre offres et candidats. Ces techniques dépassées conduisent trop souvent à des mismatchs, qui dévaluent la prestation du cabinet, pénalisent le recruteur d’un poste vacant, et entachent la motivation du candidat.


Pour limiter ce type de situations, il est possible de se mobiliser et d’investir dans un nouveau type de recrutement : le recrutement bienveillant. Avec l’ambition de « remettre l’humain au cœur du recrutement », ce concept repose sur trois principes fondateurs : l’expertise, l’empathie et l’ambition qui viennent structurer le processus de recrutement.


L’expertise tout d’abord, car connaitre le domaine pour lequel on recrute est primordial. Elle permet au cabinet de tenir une position légitime dans l’accompagnement des candidats. La connaissance du secteur d’activité, des évolutions de carrière et des attentes du marché permet d’apporter un réel soutien aux candidats. 


L’empathie ensuite, car s’impliquer dans un échange constructif permet de déterminer si un candidat correspond ou non aux attentes du recruteur. Pour cela, la mise à disposition de contenus permettant de se préparer aux entretiens, comme des fiches métiers et conseils, sont des solutions appréciées par les candidats.


Enfin, l’ambition d’appréhender équitablement les aspirations des bénéficiaires permet d’organiser des recrutements de qualité, pérennes et ajustés. Par le recrutement bienveillant, tous les bénéficiaires profitent d’une qualité de service égal : les attentes des entreprises sont mieux appréhendées, les candidats mieux accompagnés, optimisant de ce fait la qualité des processus du recrutement.  


Cette approche bienveillante nous semble d’autant plus importante dans le droit, domaine où les évolutions sont constantes et la confidentialité est de mise !


Par Ana Anicic, Responsable d’Upward Legal