Le barreau de Paris satisfait du maintien de Christiane Taubira au poste de garde des Sceaux

  • Publié
  • modifié
Le barreau de Paris satisfait du maintien de Christiane Taubira au poste de garde des Sceaux

Si le nouveau gouvernement fait débat, les avocats ont pour leur part exprimé leur contentement face au maintien de Christiane Taubira au ministère de la Justice.

Les avocats traversent une période difficile. Entre la crise de l’aide juridictionnelle (voir notre article , Lundi 7 juillet : troisième grève générale pour les avocat), le débat autour des professions réglementées (voir notre article "Les avocats sont des entrepreneurs comme les autres…" rappelle Pierre-Olivier Sur à Arnaud Montebourg ), la profession a eu l'occasion, ces derniers mois, d’exprimer son mécontentement face au gouvernement.


Malgré ces différents, les avocats parisiens saluent aujourd'hui, le maintien de la garde des Sceaux au sein du Gouvernement de Manuel Valls. Ils l’appellent néanmoins à mettre en œuvre « trois projets nécessaires à l’amélioration de la justice » de la France. Ces projets sont centrés sur les réformes de la procédure tant pénale que civile, des aides juridictionnelles, et de la gouvernance nationale d'une profession d’avocat réglementée.  


 « Le barreau de Paris, notre Conseil de l'Ordre, Laurent Martinet, vice-bâtonnier et moi-même sommes prêts à poursuivre notre travail avec Madame Taubira pour avancer dans le sens d'une justice qui se doit de participer à la grandeur de notre pays et de faire rayonner notre droit dans le monde » explique Pierre-Olivier Sur, sur le site du barreau de Paris.


En avril dernier, le bâtonnier du barreau de Paris s’était déjà montré satisfait lors du précédent maintien de Christiane Taubira au poste de Garde des Sceaux. « Il nous apparaît essentiel que la Chancellerie puisse jouer son rôle d’alerte et de contrôle contre les mesures liberticides ». A cette occasion, Pierre-Olivier Sur avait déjà précisé à la garde des Sceaux, qu'il resterait attentif à la réforme de la procédure pénale, ainsi qu'au pacte de responsabilité devant, selon lui, bénéficier aux entrepreneurs individuels comme aux autres acteurs économiques. (voir notre article, Quand les avocats du barreau de Paris félicitent la Garde des Sceaux