La rentrée solennelle du Barreau de Paris placée sous le signe de l’Europe

  • Publié
  • modifié
La rentrée solennelle du Barreau de Paris placée sous le signe de l’Europe

Le vendredi 25 novembre se déroulait à la Conciergerie, la rentrée solennelle du Barreau de Paris. Pour l’occasion Le Bâtonnier Frédéric Sicard avait convié de nombreuses personnalités, notamment Vera Jourova, la commissaire européenne à la justice, aux côtés du Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas.

Il est de coutume que le premier Secrétaire, qui représente la Conférence du Stage, prononce l’éloge d’un juriste lors de la rentrée solennelle du Barreau de Paris. La première secrétaire a ainsi fait les louanges de Philippe Lemaire, avocat pénaliste et célèbre abolitionniste français aux côtés de Robert Badinter. Puis le deuxième Secrétaire de la Conférence a prononcé un discours sous forme de procès de Guy Georges (de son nom de naissance Guy Rampillon), un tueur en série et un violeur actif  pendant les années 1990 en France.

 

Cette rentrée était pour le Bâtonnier Sicard l’occasion de rappeler dans son discours l’ambition du premier barreau d’Europe de réussir par ses initiatives, l’Europe de la justice et du droit, comme ferment d’une nouvelle espérance des peuples dans l’unité de notre continent. C’est ainsi que Vera Jourova était conviée lors de cette rentrée, la Commissaire européenne à la Justice.

 

« Madame la Commissaire Européenne, au sein de votre Ministère, vous portez l’assurance de la justice et la protection de la citoyenneté, tant il est vrai que les deux sont sœurs et soudent une nation. »

 

« Suivant la même méthode que celle qui nous a servi à mesurer les libertés de circulation, d’établissement ou de commerce, nous construirons une Europe de la justice. »

 

« Les avocats parisiens ont entendu une parole, c’est-à-dire l’espoir européen de l’action ! »

 

Frédéric Sicard

 

Autre invité d’honneur, Jean-Jacques Urvoas, ministre de la Justice depuis la démission de Christiane Taubira le 27 janvier dernier, a livré un discours de fin de cérémonie tourné sur l’avenir de la profession d’avocat. Garde des Sceaux depuis moins d’une année, Jean-Jacques Urvoas a été remercié par le Bâtonnier Sicard pour son combat contre l’indifférence du Gouvernement envers la Justice et la profession d’avocat.

 

«  Nous avons mesuré, Monsieur le Ministre, l’importance de votre action, vous qui, en quelques mois, avez su réveiller, avec talent et pragmatisme, une administration que l’on disait endormie. »

 

Frédéric Sicard

 

Frédéric Sicard a notamment évoqué lors de son discours au Ministre de la Justice la réforme tant attendue de l’examen d’entrée à l’école des avocats, en précisant que les avocats ne cesseront de lui être reconnaissants d’avoir voulu leur offrir la chance de respecter l’égalité des candidats à l’entrée dans la profession et la maîtrise de leur développement.

 

«  L’examen national […] que nous avions enfin obtenu, grâce à vous et à l’heureuse initiative de Monsieur le Secrétaire d’Etat à la Recherche et à l’Enseignement Supérieur. »

 

Frédéric Sicard

 

Heureux et reconnaissant de cette avancée considérable pour la profession, le Bâtonnier Sicard a fait dans son discours une allusion au projet de réforme de la procédure disciplinaire dont le Gouvernement ne se contentera pas d’un décret mais bien d’une loi. Outre ce projet de réforme de la procédure disciplinaire, Frédéric Sicard a rappelé l’importance du secret professionnel de l’avocat en affirmant que « l’atteinte au secret est une atteinte à la mission de l’avocat, à son rôle dans la société et donc à nos équilibres démocratiques. »  

 

Clémentine Anno
@clementine_anno