Confessions d'une auditrice de Justice

  • Publié
  • modifié
Confessions d'une auditrice de Justice

Du statut d’étudiante révisant un concours, avec de grosses marques de fatigue sur le visage (et des moments de doute récurrents), je suis passée à un statut plus sympathique : celui d’auditrice de Justice (c’est-à-dire élève magistrat). Et au début de notre scolarité, nous effectuons un stage en cabinet d’avocat. En ce moment, et jusqu’à la fin du mois de juillet, je me glisse dans la peau d’un avocat (et ce n’est pas pour me déplaire). Il y a de quoi embrouiller certains profanes… « T’es magistrat ou avocat ? Je comprends rien ! » « Ou alors c’est parce que le magistrat est le chef des avocats ? ». Bref.

Décider de présenter un concours est une décision courageuse. Elle est aussi importante car elle marque une résolution, le début de la motivation et surtout l’espoir de réussir un jour le concours d’entrée à l’Ecole nationale de la magistrature (ENM).

Cette décision ne doit pas se prendre à la légère. Soit on décide d’y aller à fond, c’est-à-dire que l’on consacre un an à la préparation du concours (ou quelques mois pour les plus fous d’entre nous qui décident de présenter le concours en même temps que leur Master II : chapeau à eux), soit on décide d’y aller à demi-teinte en disant « Oh je révise pas trop je verrai bien ce que ça donne ». Non et non ! La motivation est le premier facteur de réussite. La deuxième décision qui est d’une importance capitale est le choix de la préparation. Car un concours, c’est de l’apprentissage, mais aussi du formatage.

S’agissant de mon expérience, j’ai eu le concours au bout de la deuxième année. J’étais admissible la première année, mais non admise. Gros choc. Premier échec dur à encaisser. Dans ce cas, il faut rebondir très rapidement et ne pas se laisser dépasser par les émotions et les regrets.

Les écrits ? Très sympathiques... Vous prenez une semaine entière au mois de juin, à l’époque où vous aimeriez plutôt lézarder au soleil. Vous ajoutez quatre matières et six épreuves. Les écrits durent une semaine, c’est très fatiguant. Mon conseil : tous les soirs, relire rapidement ce qui nous rassure pour ensuite profiter de la soirée. Faites vous plaisir : barbecue, film, sport ! Le moral est très important. Il faut aérer son esprit. Premier jour : culture générale. Deuxième jour : dissertation de droit civil. Troisième jour : Cas pratique de droit civil. Quatrième jour : dissertation de droit pénal. Cinquième jour : Cas pratique de droit pénal et Questions de droit public.

Une petite semaine de vacances et hop, début des révisions des oraux (sans savoir si l’on est admissible. Eh oui, sinon ce n’est pas drôle).

Les oraux ? Très sympathiques aussi… A mon sens, c’est le plus dur. C’est l’été, vous avez quatre matières à réviser (Droit international privé, Droit européen, Droit commercial et des sociétés, et Droit du travail). Ajoutez à cela, la veille juridique et d’actualité permanente pour le grand oral, les révisions d’anglais, et les entraînements de mise en situation. Un conseil : acheter des mémentos Dalloz et les apprendre par cœur. Compléter avec d’autres livres un peu plus fournis. Préparer des plans des sujets d’annales. Préparer aussi des introductions par thème.

Je pense que les logiques des épreuves écrites et orales sont différentes. Les premières demandent du recul sur la matière, une connaissance des grandes évolutions. Les secondes demandent plus de la technique et de la précision. 
« Je jure de garder religieusement le secret professionnel et de me conduire en tout comme un digne et loyal auditeur de justice ».

Chaque auditeur se lève et dit « Je le jure ». Juste avant de prononcer ces trois mots, mon cœur bat, j’ai chaud et j’ai un peu envie de pleurer. Trop d’émotions. Ce moment est le passage de mon statut d’étudiante à un statut d’auditrice de Justice. C’est aussi le point final de ma vie étudiante (Adieu les réductions au cinéma), et le début de ma vie professionnelle.

L’Ecole nationale de la magistrature a fait le choix de diviser la formation des magistrats en différentes séquences. On alterne alors stage et formation initiale. 


 •  Les auditeurs de justice effectuent un stage de cinq mois au sein d’un cabinet d’avocat

Ce stage est nécessaire afin que le futur magistrat voit ce qu’il se passe de l’autre côté de la barre. Et surtout, pour qu’il se souvienne des contraintes pesant sur les avocats, notamment les contraintes horaires du style « Cette après-midi, j’ai 4 audiences en même temps! ». Certains critiquent vivement ce stage argumentant que nous sommes rémunérés par l’Etat durant notre scolarité et qu’on constitueraient de la main d’oeuvre gratuite pour les avocats. Certes nous travaillons pour eux, sauf qu’ils prennent le temps de nous former et de mettre en oeuvre un véritable projet pédagogique. Enfin ils sont censés le faire…

Personnellement, j’apprends beaucoup de choses, et surtout : j’observe. Je note les comportements des avocats, des magistrats, des policiers, des justiciables. Je remarque d’ailleurs un changement d’attitude quand on annonce au client que je suis élève magistrat. Ce changement dénote une méfiance envers le juge, et aussi dans certains cas une défiance. Je vois le fossé entre la Justice et les citoyens.

Auditeur n’est pas un mot anodin. Il vient du latin auditor, de audire, qui signifie entendre. L’auditeur est donc une personne qui ne fait pas qu’écouter, elle entend, elle essaye de comprendre. Je pense que c’est notre mission première, en tant qu’auditeur de Justice : observer, écouter et retenir ce qu’il se passe. Retenir le mécontentement de l’avocat qui n’est pas écouté par les magistrats. Retenir les contraintes du métier d’avocat. Retenir tout simplement ce qu’il se passe de l’autre côté de la barre. Retenir la manière dont certains professionnels traitent les justiciables. Retenir la parole libre du client venant voir son avocat. Mais retenir aussi que le pire ennemi de l’avocat est son client.

A part observer, je travaille exactement comme un avocat : je rédige des conclusions, des synthèses de dossiers pour l’avocate avec qui je travaille, je rédige des courriers, j’assiste aux rendez-vous clients, je l’accompagne en audience, en prison, et je plaide. Tout cela sous le contrôle et la critique de mes maîtres de stage bien évidemment qui sont là pour me former. S’agissant de l’organisation du temps de travail, c’est de l’autogestion. Je fais les horaires que je veux, tant que le travail est fait. Parfois, je peux rester au cabinet toute la journée. Parfois, je cours à droite et à gauche entre la Cour d’appel et le Tribunal de grande instance. Mon moment préféré : un petit café en terrasse au soleil sur le chemin du retour d’une audience avec mon avocate. Pour le moment, ce n’est que du bonheur, de la découverte, de la passion, mais aussi de la peur, peur de ne pas être à la hauteur une fois que je serai de l’autre côté de la barre, en tant que magistrat. 


 •  En parlant de magistrat, comment l’école forme-t-elle ces futurs juges ?

A la fin de ce stage, la période d’étude et de formation au sein de l’école à Bordeaux commence. Plusieurs pôles de formation existent : le pôle humanité judiciaire (ou comment se comporter comme un digne et loyal magistrat), le pôle de Justice civile (ou comment appréhender les différentes fonctions civiles : juge de grande instance, juge d’instance, juge des enfants), le pôle de Justice pénale (ou comment appréhender les fonctions pénales : juge d’instruction, substitut du procureur, juge d’application des peines, etc.) et bien d’autres.

Ensuite, les auditeurs repartent pour différents stages, notamment en service d’enquête, en établissement pénitentiaire. Puis, ils effectuent LE stage juridictionnel d’une durée d’un an où ils vont mette en pratique les techniques professionnelles apprises au cours de la formation à Bordeaux. Ce stage est très important.

Et puis arrive la fin de l’école et le choix du premier poste selon le classement. Des destinations tropicales (Mayotte, Guyane) sont proposées. Des destinations attrayantes aussi (Avesnes sur helpes, Epinal, Sarreguemines, Béthune). De toute façon, peu importe le lieu du premier poste, car nous allons devenir magistrat, un métier passionnant et humain, malgré sa difficulté et ses lourdes responsabilités.



Une auditrice de Justice

Blog La société pénale