Bonne nouvelle pour les étudiants des universités : le taux d'emploi à la hausse par rapport aux écoles de commerce

  • Publié
Bonne nouvelle pour les étudiants des universités : le taux d'emploi à la hausse par rapport aux écoles de commerce

Même cinq ans après leurs obtentions, quels sont les diplômes les plus recherchés sur le marché du travail ? C’est la question à laquelle à tenté de répondre l’Apec (association pour l’emploi des cadres) grâce à une étude portant sur « les diplômés de 2008 : situation en 2013 », publiée sur son site internet le 29 janvier 2014. Contre toutes attentes, l’emploi des diplômés des universités est en hausse, notamment dans le secteur du droit et des sciences politiques. 

 

Bonne nouvelle pour les étudiants des universités : le taux d’emploi cinq ans après l’obtention de leur diplôme, connaît une hausse de 21% par rapport à 2009. Le taux d’emploi des diplômés d’universités gagne alors 21 points par rapport à 2009. « Les universités n’apparaissent pas particulièrement défavorisés par rapport aux écoles de commerce en matière de taux d’emploi », précise dont l’étude.

 

En comparaison, l’emploi des jeunes diplômés d’Écoles de commerce, n’évolue que de 9 points. « Ce sont les diplômés de l’Université qui montrent l’amélioration la plus nette » pour le taux d’emploi en CDI. L’étude précise néanmoins, que ce sont les diplômés d’écoles d’ingénieurs qui restent les mieux placés sur le marché de l’emploi au terme de cinq années.

 

La bonne nouvelle s’adresse tout particulièrement aux étudiants en faculté de Droit et de sciences politiques. « C’est en droit et sciences politiques que le taux d’emploi progresse le plus (+31 points) ».  La discipline est suivie des lettres et des langues (+27 points), de l’économie (+24 points) et des sciences humaines (+23 points). A l’inverse, parmi les disciplines qui progressent le moins, l’étude relève l’informatique, le médical, le génie civil. Ces disciplines « progressent relativement peu en quatre ans, mais elles affichaient déjà un taux d’emploi très élevé un an après le diplôme ».

 

L’Apec n’est pas la seule à avoir révélé cette tendance. Fin 2013 le journal LeMonde titrait déjà « L’université française, un tremplin pour l’entreprise »[1], à propos de la quatrième enquête annuelle sur l’insertion des étudiants diplômés de l’universités en 2010. L’enquête révèle globalement que le taux d’insertion des diplômés issus des universités est élevé.  « Il y a un réel décalage entre la perception de ce qu’est l’université aujourd’hui et la réalité », explique alors la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso.



Par Capucine Coquand, responsable presse pour Carrières-Juridiques.com



[1] Le Monde « L’université française, un tremplin pour l’entreprise » 18 décembre 2012, Par Nathalie Brafman et Isabelle Rey-Lefebvre.