Basha Rubin (Priori Legal) : « Nos utilisateurs notent leurs avocats »

  • Publié
  • modifié
Basha Rubin (Priori Legal) : « Nos utilisateurs notent leurs avocats »

Cofondée par deux avocates alors qu'elles étaient encore étudiantes, la legal startup américaine Priori Legal, voit le jour en 2012. La plate-forme vise à mettre en relation avocats et PME. Une prestation juridique que celles-ci peuvent ensuite évaluer sur le site.

Carrières-Juridiques.com. Que propose Priori Legal ?


Basha Rubin. Priori Legal est une plateforme qui met en relation les PME et les avocats. Notre slogan est : Que du droit. Pas de cabinet.


C-J.com. Comment avez vous eu l'idée de lancer Priori Legal ?


B. R. Lorsque nous étions étudiants en droit à l'université de Yale, nous nous sommes aperçues du nombre infini d'obstacles entre le service juridique et les PME. De ce constat est né notre envie de faire évoluer les choses en simplifiant les barrières qui bloquaient l'accès à un service juridique de qualité.


C-J.com. Comment avez-vous constitué le réseau d'avocats présent sur votre site ?


B. R. Nos avocats sont soumis à un processus de sélection rigoureux. Nous leur faisons passer de nombreux entretiens et vérifions systématiquement toutes leurs références. Seuls 20 % des avocats qui postulent sur Priori sont retenus. Tous sont issus de cabinets où ils continuent d'exercer. Pour eux, Priori Legal est une bonne façon de se construire une réputation et un réseau en dehors de leur cabinet.


C-J.com. Chaque avocat peut rester autant de temps qu'il souhaite sur la plate-forme ?


B. R. Nos utilisateurs notent leurs avocats, laissent des commentaires et nous exigeons de ces dernier de maintenir un taux de satisfaction de 95% pour rester dans le réseau.


C-J.com. Avec ce système de notation, craignez-vous les dérives de la part des clients ?


B. R. Le risque existe, c'est pourquoi nous demandons à nos clients de justifier obligatoirement leurs notes par un commentaire.


C-J.com. Pourquoi est il plus intéressant pour les PME de passer par vous plutôt qu'un cabinet ?


B. R. Pour la facilité d'accès et le coût. Nos avocats proposent une réduction de 15% sur leurs honoraires. Par ailleurs, grâce aux descriptions de chaque professionnel sur le site, les PME peuvent sélectionner l'avocat qui correspond le mieux à leurs besoins.  



C-J.com. Que pensez vous de l'ubérisation de la profession d'avocat ?


B. R. Je comprends la peur qui existe autour de cette problématique, mais je ne pense pas qu'elle soit justifiée. Nous sommes dans la logique inverse : il n'y a pas de remplacement de l'avocat par la technologie. Nous proposons simplement de faciliter l'approche tout en maintenant un service juridique de qualité, qui est notre priorité.


Propos recueillis par Anissa Katti

@creepyturkey



À lire aussi sur Carrières-Juridiques.com :