2018, l’année de l’union des avocats

  • Publié
2018, l’année de l’union des avocats

Christiane Féral-Schuhl a présenté ses vœux à la presse jeudi 18 janvier. Cette année sera celle de l’unité des avocats et de l’influence du Conseil national des barreaux dans la décision politique. 

En 2018, les avocats feront front commun dans le débat public. C’est ce qu’a affirmé Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil national des Barreaux, lors de ses vœux à la presse ce jeudi 18 janvier. Elle l’assure, cette année sera celle de l’unité des avocats et de leur influence dans la décision politique.

Unité des avocats

 

Aux côtés de la conférence des bâtonniers, représentée lors de son allocution par son président Jérôme Gavaudan, et du bâtonnier de Paris Marie-Aimée Peyron, elle s’est portée garante de l’unité des avocats « les pouvoirs publics ont trop longtemps profité de nos divisons ». Désormais, « les petites phrases assassines ont fait long feu ». En début d’année, ils avaient déjà signé ensemble un manifeste pour l’unité des avocats de France.

 

Une unité qui doit servir des prises de positions politiques plus fortes « le CNB est là pour prendre des positions politiques dans l’intérêt des justiciables et des avocats. Nous allons donc nous engager. L’assemblée générale passera moins de temps à commenter le réel et établir des diagnostics : elle votera sur des propositions (…) ».

 

Inquiétudes sur la réforme de la justice

 

A commencer par les cinq chantiers de réforme de la justice dont les premières propositions ont été remises à la ministre Nicole Belloubet lundi 15 janvier. « Sur la procédure civile, la première impression est globalement positive. Sur la procédure pénale, elle est plus floue et mitigée » a expliqué Christiane Féral-Schuhl, promettant d’y répondre point par point lors de la prochaine Assemblée Générale du CNB.

 

Sur la forfaitisation des peines, « le retrait de l’analyse subjective d’une situation » lui parait préjudiciable. Mais la présidente du CNB a surtout cristallisé ses inquiétudes autour de la réforme de la carte judiciaire.  « Je vous avoue que je n’ai rien compris de l’usine à gaz qu’on nous a présentée. Nous ne voulons pas d’un bonneteau sur les cours d’appel et les TGI. Il est hors de question que la carte judiciaire soit retaillée par des comptables et pour des raisons de ressources budgétaires ou humaines déclinantes » a-t-elle dit.

 

Les cages de verre dans les audiences, « une honte pour la république »

 

Une autre inquiétude concerne les cages de verre dans les audiences « ces cages sont une insulte aux droits de la défense et une honte pour notre République » a déclaré Christiane Féral-Schuhl, rappelant que le CNB demande sa suppression et a engagé un recours contre la garde des Sceaux.

 

Le CNB demande le retrait de la circulaire Collomb

 

Le CNB entend œuvrer pour le retrait de la circulaire Collomb sur le recensement des réfugiés et migrants dans les centres d'hébergement d'urgence. « J’ai entendu le discours du Président Macron à Calais. Mais je dois lui dire qu’il faut en urgence un rééquilibrage en faveur des libertés et de l’humanité dans notre pays » a-t-elle affirmé.

 

Influencer la décision politique

 

Et pour compter, Christiane Féral-Schuhl entend « revoir sa stratégie de Lobbying ». « Je reviens d’une réunion commune avec les conseillers justice du premier ministre et du Président de la République. Je leur ai dit que les pouvoirs publics vont devoir faire avec les avocats » a-t-elle affirmé.

 

 

Emilie Coste
@CosteEmilie