"L’intelligence doit aujourd’hui être collective" : rencontre avec Sophie Clanchet, présidente d'EUROJURIS FRANCE

  • Publié

"Le droit est mort, vive le droit !". Le Trianon de Versailles accueillera, les 19 et 20 janvier prochains, le 30e Congrès EUROJURIS FRANCE à l'occasion duquel se tiendra une réflexion sur l’avenir des métiers du droit avec notamment l'intervention de Richard SUSSKIND, prospectiviste du marché juridique et conseiller du Ministère de la Justice de Grande-Bretagne, pour sa première intervention en France, et Brien KUHN pour IBM Watson Cognitive Solutions, qui expliquera comment l’intelligence artificielle pourra être utilisée au service du droit et des professionnels.

Carrières-juridiques.com. Quelles sont les activités d’EUROJURIS France ?

 

Sophie Clanchet. EUROJURIS France est un réseau qui fédère plus de 1 000 professionnels du droit, avocats et huissiers. Pour répondre aux évolutions de la profession, le réseau EUROJURIS FRANCE innove et modernise les pratiques du droit au profit de ses membres, à travers la veille économique et technologique, le partage de bonnes pratiques, la formation, le management des Cabinets et Etudes, et la recherche de solutions innovantes.

 

Toutes nos actions ont pour finalité de fournir un avantage concurrentiel à nos membres dans leur marché. Ils deviennent avec nous de véritables entrepreneurs du droit de demain. Nous nous distinguons par notre quête d’innovation ainsi que l’ouverture de notre réflexion à l’ensemble des parties prenantes, qu’il s’agisse des Professions du droit, de la legaltech ou du Chiffre.

 

 

CJ.com. Quelles grandes questions seront abordées lors du 30ème congrès d’EUROJURIS France ?

 

S.C. L’objectif de notre congrès, qui se déroulera les 19 et 20 janvier à Versailles, est de proposer à tous les professionnels du droit, mais aussi aux étudiants, de se prêter à l’exercice de la prospective. Dans quel monde vivrons-nous dans 20 ans ? Quelles seront les grandes mutations économiques, sociales, mais aussi technologiques que la France connaitra ? Comment l’intelligence artificielle peut-elle être mise au service des professions juridiques ?

 

Pour répondre à ces questions, nous avons invité des intervenants avec des profils de tous les horizons et notamment Richard Susskind, le plus célèbre prospectiviste du marché juridique, auteur de « La fin des avocats ? » et conseiller du Ministère de la Justice au Royaume-Uni. Il exposera ses prédictions pour les 20 années à venir : virtualisation des procédures, place de la technologie dans le droit, avenir des structures d’exercice, nouveaux métiers pour les juristes… Brian KUHN, consultant stratégique pour IBM Watson, expliquera aussi quelles seront les applications de l’intelligence artificielle dans le domaine juridique.

 

 

CJ.com. Le futur bâtonnier de Paris souhaite labelliser les legaltechs du sceau de l’Ordre. Cela met-il en péril les évolutions nécessaires des professions du droit ?

 

S.C. Jusqu’à présent, le vœu qui a été exprimé est celui « d’accompagner » les legaltech, et la démarche reposerait sur le volontariat. A priori donc, rien de coercitif. De plus, Paris ne concentre heureusement pas toute la legaltech et certains Barreaux provinciaux font preuve d’une grande ouverture, Enfin, la legaltech est protéiforme : on y rencontre des Confrères, des mathématiciens, des éditeurs, des magistrats… Le nouveau paysage du droit ne saurait se résumer à un clivage basique start-ups contre Ordres. Il faut inventer de nouvelles manières de s’enrichir les uns des autres, à l’image des travaux d’OPENLAW. L’intelligence doit aujourd’hui être collective.

 

CJ.com. Vous avez récemment conclu des partenariats avec des legaltechs (E-Just et LegalStart.fr), d’autres projets sont-ils à l’ordre du jour ?

 

S.C. Nous pensons que le recours à des solutions innovantes, basées sur la technologie ou l’humain, vont bientôt faire une réelle différence entre les structures d’exercice, et en premier lieu pour celles de petite et moyenne taille. Nous allons donc lancer notre LAB, dont l’objet sera de tester les outils de sociétés sélectionnées. Nous sommes effectivement en mesure de constituer des pools d’Avocats et Huissiers ad’hoc qui fourniront un retour aux concepteurs, avant ou après commercialisation. 

 

Par ailleurs, nous proposons aux « Legaltech Jeunes Pousses » de venir présenter leur solution à nos membres lors de notre Congrès. Les startups disposent rarement de fonds importants dédiés à leur communication et doivent pourtant se faire connaître auprès d’un vaste vivier de juristes. Ce genre d’occasion nous semble adapté. 

 

CJ.com. Quels conseils donneriez-vous aux créateurs de legal startups ?

 

S.C. Les professionnels du droit sont garants du respect d’une éthique fondamentale au bon fonctionnement de la justice, du respect des droits du justiciable, et plus largement à l’Etat de Droit. La condition que doivent respecter ces nouvelles sociétés est donc avant tout le respect de cette éthique dans le développement de leurs solutions. Dans cet esprit, nous avons participé, avec nos deux partenaires, Legalstart.fr et eJust, à la rédaction d’une charte éthique pour un marché du droit en ligne et ses acteurs. Celle-ci sera signée le 20 janvier à 12h lors du congrès d’EUROJURIS, en présence de Benjamin JEAN, Président d’OPENLAW et de l’ensemble des parties prenantes qui le souhaitent.

 

Pour en savoir + : lien vers le programme du congrès.

 

Propos recueillis par Pierre Allemand @Pierre_Ald